Sophrolympique
Sophrologue à Châtellerault

Ma vie avec Bernie

 

Bernie, c'est ma tumeur. Elle est entrée dans ma vie il y a deux mois environ, sans que je sache très bien qui elle était. C'est vrai, un jour, j'ai senti un truc, mon testicule avait gonflé et il était dur.

Il était sensible, mais pas douloureux, et depuis il est resté comme ça. Rien n'a changé dans mon quotidien, je ne suis pas gêné pour faire quelque activité que ce soit, je me sens toujours en pleine possession de mes moyens et de mes capacités.

Je me suis malgré tout décidé à consulter pour avoir l'avis de mon médecin, qui m'a incité à passer une radio, puis, ayant pris connaissance de celle-ci et du compte-rendu, m'a orienté vers un urologue "pour aller au bout de la démarche.

Rien de bien inquiétant à ce stade, même si j'ai bien sûr pensé à quelque chose de sérieux.

Puis tout s'est accéléré. Chose rare, j'ai obtenu un rendez-vous pour le lendemain de mon appel (c'était hier, donc).

Là, le verdict est tombé : tumeur cancéreuse du testicule, à enlever au plus vite, c'est à dire dans quatre jours!!

Plus, à faire immédiatement, une prise de sang, et un scanner le lendemain de l'opération, pour être sûr qu'il n'y a qu'une tumeur, et pas un cancer quelque part qui nécessiterait un traitement à base de chimiothérapie.

Ah oui, quand même! Moi j'écoutais le médecin, très attentivement, prenant conscience de cette nouvelle réalité (bien que j'ai eu envisagé cette possibilité dans les jours et semaines précédants), tout en restant très serein, très confiant, et très motivé pour le cas où il me faudrait en découdre avec la maladie, avec un éventuel cancer.

Si j'ai pu adopter pareille attitude, c'est bien sûr grâce à mon tempérament naturel et à mon mental de champion, que j'ai travaillé quasi-quotidiennement depuis plus de 25 ans, notamment grâce à ma pratique sportive.

Mais c'est aussi grâce à ma pratique personnelle et mon entraînement sophrologique, qui m'ont aidé à accueillir les phénomènes vécus (sensations, ressentis, émotions) avec bienveillance, sans jugement ni peur (autrement dit à cultiver mon attitude phénoménologique).

Demain, ou plutôt dès à présent, la sophrologie sera un outil précieux pour mieux appréhender et vivre le jour de mon opération (simple, mais opération malgré tout) et la suite des évènements.

 

Suite, justement, que je vous raconterai lors du prochain épisode.

 

 


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.